Histoire

Fondée en 1955 par un petit groupe de personnalités ouvertes, solidaires et visionnaires, Helvetas est devenue aujourd’hui la plus grande organisation suisse de coopération au développement, après sa fusion avec Intercooperation en 2011.

Retour sur l’histoire d’Helvetas

Constitué de quakers, d’ingénieurs et de pacifistes actifs dans l’aide aux réfugiés, un groupe d’amis se réunit en 1954 dans le but d’apporter une contribution suisse au développement matériel, social et culturel de peuples économiquement défavorisés au-delà de l’Europe. Soutenus par les conseillers fédéraux Max Petitpierre et Friedrich Wahlen, ils fondent en juin 1955 l’Association suisse d’aide aux régions extra-européennes (ASRE), qui deviendra la future Helvetas. Censée devenir un véritable mouvement populaire, l’ASRE crée des groupes régionaux capables de mener leurs propres projets.

À l’heure de sa fondation, l’association dispose exactement de CHF 3’564.05 et son cahier des charges se résume à deux idées de projet au Népal et en Irak. Et pourtant, à peine quelques mois plus tard, du matériel technique et des fonds sont acheminés au Népal pour la première fois. Par la suite, certains projets seront abandonnés suite à des différends: sans les méthodes de communication que l’on connaît aujourd’hui, il était difficile de se mettre d’accord sur des stratégies communes à distance. Malgré tout les projets se développent rapidement, et l’ASRE se forge une réputation d’experte en eau potable. À cette époque déjà, on s’efforçait de former des spécialistes locaux et de collaborer étroitement avec les autorités locales et les communautés villageoises.

Au début des années 1960, lorsque la Confédération et les œuvres d’entraide suisses établies se risquent à leur tour dans le «Tiers-Monde», l’ASRE est déjà sur place au Népal, en Tunisie et au Cameroun. Ses compétences et ses capacités sont largement reconnues en Suisse, si bien que la Confédération lui confie de plus en plus de mandats. Mais parallèlement, la concurrence ne cesse de croître et les points de vue divergent à propos de l’orientation stratégique, si bien qu’un renouvellement de personnel et des réformes structurelles sont inévitables. L’ASRE change également de nom et devient officiellement Helvetas.
  • Au cours des années 1970 et 1980, la progression est spectaculaire: Helvetas étend ses activités à quinze pays et les membres augmentent en même temps que le budget annuel. Mais il devient difficile de manœuvrer entre les différents fronts politiques.
    Dans les années 1970, le nombre de membres passe de 20’000 à 30’000, tandis que le budget passe de moins de trois millions (fin des années 60) à vingt millions (début des années 80). Le travail de projet s’intensifie. En Suisse, Helvetas participe à la mise en place de réseaux politiques. Pour pouvoir répondre à ces nouvelles exigences, elle doit renforcer ses capacités. Dorénavant dirigée par un comité restreint, composé de spécialistes du développement reconnus, l’association Helvetas est devenue une organisation professionnelle.
    Il y a cependant un contrecoup à cette évolution: les groupes régionaux sont de plus en plus nombreux à se plaindre de ne plus être entendus et de voir leur marge de manœuvre se réduire. En réaction, Helvetas décide de leur attribuer une plus grande place dans les domaines de la communication, de la formation et de la recherche de fonds.
    Au cours des années 1970, le travail de coopération se transforme car les œuvres d’entraide se rendent compte que le «sous-développement» du Sud doit beaucoup au «mal-développement» du Nord. L’action politique est désormais indispensable, mais c’est une entreprise délicate étant donné l’hétérogénéité des donateurs et de la base de membres d’Helvetas. En voyant Helvetas prendre parti dans des questions d’actualité, certaines entreprises connues cessent leur soutien, tandis que d’autres l’accusent de ne pas ouvrir un débat de fond sur la question du développement. Après de longues tergiversations, la décision est prise d’abandonner le débat politique pour se concentrer sur la sensibilisation de la population. Il échoira à la Communauté de travail des œuvres d’entraide (CT), cofondée par Helvetas en 1971 et devenue aujourd’hui Alliance Sud, de prendre en charge le travail politique et d’œuvrer en faveur d’une politique solidaire de la Suisse envers les pays pauvres.
  • Helvetas adapte ses projets aux nouvelles exigences d’un monde globalisé tout en intensifiant son travail de campagne en Suisse. En 2011, elle fusionne avec Intercooperation afin de pouvoir combattre la pauvreté avec encore plus d’efficacité.
    Pour transformer le cadre global du développement, Helvetas mise de plus en plus sur le commerce équitable. Au début des années 90, elle introduit aussi le principe de partenariat multiple, toujours appliqué aujourd’hui: des ONG locales, des autorités et des prestataires de service privés se réunissent autour d’un même projet. L’échange de savoirs-faire renforce les capacités des deux côtés. En outre, cela diminue les besoins en volontaires suisses sur le terrain, qui sont de plus en plus remplacés par des experts locaux.
    Helvetas s’est forgé une reconnaissance publique en Suisse grâce à ses campagnes de choc sur l’eau. Elle continue à s’engager sans relâche pour que tous les êtres humains aient accès à l’eau potable. Il est tout aussi naturel pour elle de prendre position lors de votations populaires liées à des questions de développement, même si elle le fait avec une certaine discrétion.
    En 2009, Helvetas travaille en partenariat avec Intercooperation. Au cours de la première année déjà, les deux organisations fusionnent leurs bureaux dans les pays où elles sont présentes toutes deux, faisant ainsi des économies. Mais elles ne partagent pas que des affinités géographiques: Intercooperation, avec son expertise dans les domaines du climat, de la micro-finance et de la promotion d’entreprise, complète à merveille Helvetas et ses secteurs clés de travail. Encouragées par cette collaboration fructueuse et ces synergies, Helvetas et Intercooperation franchissent un pas supplémentaire en fusionnant en 2011. Grâce à sa taille et à la réunion des compétences, HELVETAS Swiss Intercooperation est désormais en mesure de gagner en influence dans le monde politique et de fournir une contribution encore plus efficace pour diminuer la pauvreté et améliorer les bases de vie des personnes et des communautés défavorisées dans ses pays partenaires.

Informations sur le sujet

Téléchargements
Voyage au Kirghizistan à gagner

Concours

Kirghizistan