Restez à jour sur nos actions , des événements et des offres du Fairshop.

Ensemble pour un secteur cacaoyer durable et attractif

Aujourd’hui, des acteurs de l’ensemble du secteur cacaoyer suisse se sont associés au sein de la Plate-forme suisse du cacao durable. Ensemble, les membres de cette plate-forme s’en-gagent à oeuvrer pour renforcer la gestion durable dans la chaîne de production et de valo-risation du cacao.
Zurich, 23.01.2018
Aujourd’hui, 41 acteurs du secteur suisse du cacao se sont constitués en association indépendante appelée : Plate-forme suisse du cacao durable. La nouvelle association promeut la gestion durable dans le secteur cacaoyer. Parmi ses membres fondateurs, on compte l’association sectorielle CHOCOSUISSE, des fabricants, des importateurs et des négociants de produits cacaoyers, des dé-taillants suisses, le Secrétariat d’État à l’économie (SECO), des organisations à but non lucratif ainsi que des instituts de recherche. « Cette initiative commune du secteur privé, des pouvoirs publics, de la société civile et des instituts de recherche constitue une étape importante vers une chaîne de valorisation cacaoyère durable », déclare Ernst A. Brugger, président de la plate-forme cacaoyère.

Objectif : 80% de cacao durable
Les membres de la plate-forme cacaoyère se sont fixé un ambitieux objectif contraignant: « D’ici à 2025, au moins 80 % des produits cacaoyers importés en Suisse devront provenir de la culture durable », déclare Walter Anderau, ancien président de CHOCOSUISSE. « Cela concerne les fèves de cacao, les pâtes de cacao, le beurre de cacao et le cacao en poudre ainsi que les produits finis importés. Et il est exigé que le cacao soit cultivé de manière socialement, écologiquement et éco-nomiquement compatible. » À long terme, c’est l’ensemble du flux physique de produits cacaoyers vers la Suisse qui devra provenir de la culture durable.

Projets communs de gestion durable
Afin d’atteindre ce but, la plate-forme cacaoyère soutient des projets communs ayant un impact mesurable. «La création de l’association permet de mettre en réseau et de renforcer les efforts du secteur privé, des pouvoirs publics, de la société civile et des instituts de recherche», déclare Es-ther Haldimann, directrice des services consultatifs chez Helvetas et représentante du secteur des ONG au sein du comité récemment élu. «La plate-forme met à profit l’expertise des membres pour développer et mettre en oeuvre des solutions innovantes. Cette collaboration accroît les synergies et permet une plus grande efficacité.»

Réaliser des progrès mesurables
La plate-forme cacaoyère veut rapidement obtenir des progrès mesurables. C’est pourquoi elle focalise ses activités sur les domaines dans lesquels ses membres disposent d’une grande expé-rience et sont aptes à apporter une contribution au niveau mondial. On a déjà commencé à déve-lopper des solutions au sein de groupes de travail à propos de certaines thématiques essentielles.

Une contribution aux objectifs de développement durable de l’ONU
Par son initiative en vue d’un secteur cacaoyer durable, la plate-forme cacaoyère, lancée en juin 2017, souhaite contribuer aux objectifs de développement durable poursuivis par les États-membres de l’ONU, au nombre desquels se trouve aussi la Suisse. « Dans le cadre de l’Agenda global 2030, la nouvelle initiative peut contribuer à améliorer les conditions d’existence des per-sonnes dans les pays producteurs et à préserver les ressources », déclare la directrice du SECO, Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch. « Un des atout de la plate-forme cacaoyère est qu’elle crée un cadre pour une coopération plus étroite entre le secteur privé et le secteur public. L’efficacité de la coopération économique au développement que nous menons dans de nombreux pays produc-teurs de cacao s’en trouve renforcée.»

Fort réseautage international
La plate-forme cacaoyère s’engage à collaborer étroitement avec les principaux acteurs du secteur cacaoyer mondial. Elle cultive le dialogue avec les autorités locales et les organisations des pays producteurs, tout en accordant ses mesures avec les initiatives internationales et nationales. La plate-forme cacaoyère a franchi une nouvelle étape importante en termes de réseautage interna-tional le 19 janvier 2018, à l’occasion de la Semaine verte internationale à Berlin, lors de laquelle des représentants des initiatives allemande, française, néerlandaise et suisse pour le cacao du-rable ont scellé leur étroite collaboration. La Plate-forme suisse du cacao durable et le Forum alle-mand du cacao durable ont signé une déclaration d’intention commune à l’occasion de la journée d’inauguration de cet événement afin d’intensifier leur collaboration.

Les membres de la Plate-forme suisse du cacao durable
Liste actuelle sous www.kakaoplattform.ch/kakaoplattform/mitglieder

Pour de plus amples informations:

Plate-forme suisse du cacao durable

Ernst A. Brugger
Président
N° de tél. : 079 420 47 08, adr. élect. : eab@bruggerconsulting.ch

Christine Müller
Secrétariat
N° de tél. : 031 311 65 11, adr. élect. : christine.mueller@kakaoplattform.ch

CHOCOSUISSE
Urs Furrer
Directeur
N° de tél. : 079 215 81 30, adr. élect. : urs.furrer@chocosuisse.ch

SECO
Lorenz Jakob
Chargé d’information Coopération économique au développement
N° de tél. : 079 810 31 93, adr. élect. : lorenz.jakob@seco.admin.ch

HELVETAS Swiss Intercooperation
Andrea Bischof
Conseillère en agriculture durable
N° de tél. : 076 460 16 00, adr. élect. : andrea.bischof@helvetas.org


 


Pour télécharger les photos en haute résolution, veuillez cliquer sur l'image.