Restez à jour sur nos actions , des événements et des offres du Fairshop.

et gagnez un bon de voyage de Globetrotter d’une valeur de CHF 100.-

Slow Fashion Container

Comment un t-shirt Fair est-il produit? L'action Slow Fashion Container informe en temps réel sur le parcours, partant du champ de coton bio et se terminant dans l'armoire à habits. Voulez-vous en faire l'expérience? C'est simple avec Slow Fashion Container!

Suivre une production de t-shirts de A à Z

Une nouvelle façon de penser fait son chemin dans l’industrie de la mode: trop de gens souffrent pour que nous puissions acheter des vêtements à prix très bas, que nous ne portons que quelques fois et que nous jetons tout aussi vite. À l’inverse, Helvetas Fairtrade s’engage depuis plus de 20 ans pour des vêtements équitables et respectant l‘environnement.

Grâce à l'action „Slow Fashion Container“, il est possible pour la première fois de suivre toute la production d'articles textiles équitables – du champ de coton à la livraison à domicile. Un nombre suffisant de commandes de t-shirts va permettre de remplir un container de coton bio et équitable de la coopérative Fenabe au Mali. En faisant connaissance de la productrice de coton bio Djènèba Diallo, à Yanfolila, qui sème le coton bio en mai et le récolte en octobre. Puis, une fois le container rempli, son voyage commence. Les t-shirts sont confectionnés en Grèce et en Macédoine. Et finalement les t-shirts arriveront en Suisse au printemps 2017.

LES ACTUALITÉS - DÈS JUILLET 2016:

La page d'Helvetas est transférée et le fil de l'actualité est à suivre désormais sur la plateforme Slow Fashion Container, commune à gebana et Helvetas (sélectionner le français dans le choix des langues en haut à d.)

Merci de participer à la réalisation de ce projet!.
 

16 juin: la pluie est tombée!

Semer le coton bio a été rendu possible car il est tombé environ 20 mm de pluie à Yanfolila!

Pour faciliter le semis,les graines sont d'abord frottées au sol pour ôter les fibres restantes. Puis la ligne de semis est tracée à l'aide d'une dent de charrue et des trous sont faits avec une daba, un outill manuel agricole d'Afrique de l'Ouest proche d'une herminette. Enfin, Djeneba peut jeter une pincée de quelques graines dans chaque trou et les refermer avec de la terre ramenée avec les pieds. Le semis est ainsi fait sur tout l'espace labouré. 
Les activités de semis se poursuivront pendant les deux ou trois prochaines semaines. Avec l’espoir de bonnes pluies, les jeunes plants sortiront de terre d’ici la mi-juillet. Viendra alors la période du désherbage, favorisant une croissance rapide des plants de coton.

Djènèba Diallo a de bonnes raisons de rester attachée à la culture du coton bio et équitable depuis 10 ans. «J’ai tout eu avec cette activité: des bœufs, les moyens matériels et financiers, l’esprit tranquille et la stabilité dans mon foyer et même au sein de la communauté… », a-t-elle confié.

 
 
Premiers jours de semis Premiers jours de semis

13 juin: les pluies se font attendre

Alors que de fortes pluies tombent sur la Suisse et que le risque d'inondations augmente, le problème est inverse au Mali où le temps est bien trop sec. Une fois de plus, la saison se fait attendre dans la région de Yanfolila, dans le sud du pays.Et ainsi, les paysans n'ont pas encore pu commencer à semer. Mais les prévisions annoncent la possibilité de nuages et de pluie: peut-être que d'ici au 20 juin, la météo permettra de semer le coton.
Djeneba peut acheter 150 kilos de semences de coton pour 1500 CFA, soit environ 2.50 CH. Elle se les procure auprès de la coopérative de paysans FENABE, dont elle fait partie.
discussion entre des paysans discussion entre des paysans

3 juin: les préparatifs ont commencé

Pour cultiver le coton bio dont sont faits nos t-shirts, Djeneba Diallo n’utilise que l’eau des pluies et de l’engrais naturel fournit par du compost et le fumier de ses vaches. La famille de Djeneba possède 35 vaches, trois moutons et une chèvre; en dehors de l’école, c‘est le plus jeune fils qui s’en occupe. Ces animaux fournissent un élément essentiel pour cultiver le coton: l’engrais.

Si la terre ne recevait aucun nutriment, le champ de Djeneba ne produirait pas grand-chose. En tant que petite cultivatrice bio indépendante, elle ne peut et ne veut pas simplement acheter des engrais; elle compte sur les déjections de ses animaux et sur les déchets ménagers compostables. Les deux engrais sont amenés et entreposés sur le champ en même temps et y sont déposés. Quand la première forte pluie tombe, l’engrais doit être réparti. Un principe de base de Djeneba Diallo est que ses champs ne doivent pas être irrigués artificiellement mais naturellement.
 
La culture du coton commence une fois que la première pluie est tombée.
 
Les vaches de Djeneba Les vaches de Djeneba

25 mai: pour pouvoir semer

Pour que le coton puisse être semé, une première grande pluie est nécessaire. Au Mali actuellement, la température s'élève à 40 degrés et l'air est très sec. Le coton sera récolté entre septembre et octobre. Sur les mêmes champs, du maïs et des arachides sont cultivés pendant le reste de l'année.
Le coton est cultivé là Le coton est cultivé là
participer au Slow Fashion Container

commander un t-shirt

T-shirt


Le Fairshop propose différents modèles: les commandes sont la première étape qui permettra de remplir le container de coton bio.

Vers la page du Fairshop