Restez à jour sur nos actions , des événements et des offres du Fairshop.

La santé grâce à des approvisionnements sûrs en eau

Selon l'ONU, environ 748 millions de personnes dans le monde vivent aujourd'hui sans eau potable. Mais ce chiffre optimiste ne reflète pas la réalité, et les experts d'Helvetas pour les questions de l'eau estiment que plus de 2 milliards de personnes boivent de l'eau insalubre. La situation de l'assainissement communautaire est aussi précaire: 2,5 milliards de personnes n'ont toujours pas accès à des toilettes sûres et environ 1 milliard d'entre elles n'ont pas d'autre possibilité que d'évacuer leurs besoins naturels en plein air.
Dans le monde aujourd’hui, environ 748 millions de personnes vivent toujours sans eau potable. La situation de l’assainissement communautaire est également précaire. 2,5 milliards de personnes n’ont toujours pas accès à des toilettes sûres et environ 1 milliard d’entre elles doivent évacuer leurs besoins naturels en plein air.

Grâce aux efforts mis en commun entre 1990 et 2012 dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement, 2,3 milliards de personnes ont pu avoir un accès "amélioré" à l’eau potable. Ainsi les maladies dues à l’eau et la mortalité infantile qui en découle ont reculé. Le temps passé par les femmes et les filles à aller chercher de l’eau s’est réduit. Toutefois la notion „accès amélioré“ est pour le moment définie exclusivement par les infrastructures et, bien que ces critères soient remplis, quelque 2 milliards de personnes dans le monde ne boivent pas d'eau potable. Les pollutions autour des sources et un manque de mesures d'hygiène sur le trajet des fontaines aux foyers en sont la cause. C’est pourquoi Helvetas s’engage pour que l’eau soit une priorité des objectifs sociaux de développement durable  post-2015, que la qualité de l'eau et d'autres pincipes de droit humain soient pris en considération.

Les personnes les plus pauvres et les groupes de population vulnérables vivant principalement dans les régions rurales en Afrique et en Asie du sud-est sont les plus touchés. Ainsi, dans les régions rurales au sud du Sahara, 39% des gens doivent puiser leur eau dans de minces cours d'eau et des mares insalubres. Selon les estimations de l’OMS, les dépenses pour de nouveaux approvisionnements en eau dans les pays en développement s'élèvent à 4,2 milliards de dollars par an. Comparativement, les dépenses militaires dans le monde sont de 4,4 milliards de dollars – par jour! De toute évidence, la lutte contre le manque d’eau est d’abord une question de volonté politique.

Le droit humain à l’assainissement de base a été l’Objectif du Millénaire pour le Développement dont le résultat est le plus bas. 2,5 milliards de personnes, près de 40% de la population mondiale, vivent toujours sans accès à des toilettes sûres.
  • Chaque année, plus de 500 000 enfants meurent de maladies dues au manque d'eau d'eau propre. C'est plus de morts d'enfants que celles du SIDA, de la malaria et de la tubercolose réunis.

    Quand on a souffert d'une grippe intstinale, on sait combien on se sent faible et apathique, et il semble que le corps n'est plus capable de prendre de la nourriture et des fibres alimentaires. Après quelques jours, le dérangment est passé. Mais si l’organisme est affaibli, une telle infection peut même provoquer la mort. En raison des conditions de vie précaire, les risques sérieux pour la santé provoqués par des maladies intestinables sont beaucoup plus élevés pour les personnes vivant dans des pays en développement que nous. Vers intestinaux, amibes, typhus ou choléra sont, principalement dans les pays tropicaux, des maladies endémiques, qui affaiblissent les populations et empêche le développement. Il est aussi bien plus difficile de guérir d'une maladie intestinale quand l'eau potable n'est pas disponible pour se soigner. Selon une étude de la Banque mondiale, les cinq pays d’Asie du Sud-Est constitués par le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, le Vietnam et les Philippines perdent chaque année 9 milliards de dollars à cause des maladies induites par l’eau. Ce chiffre représente environ 2% de leur PNB. Il a été calculé que si les Objectifs du Millénaire pour l'eau et les infrastructures sanitaires avaient été atteints, le monde compterait chaque année 3,2 milliards de jours de travail d'adultes et 443 millions de jours d'école d'enfants supplémentaires qui seraient assurés., ce qui aurait un effet positif sur la productivité et l'économie. Les investissements faits dans l’approvisionnement en eau et les systèmes d'assainissement ont donc une énome importance pour un pays du point de vue économique, social et écologique, car ils:
    - Empêchent les maladies mortelles et donc les décès
    - Économisent l’argent qui doit sinon être consacré aux médicaments, aux visites chez le médecin et aux hospitalisations.
    - Améliorent la formation, car des enfants en bonne santé vont à l’école et peuvent mieux apprendre.
    - Augmentent la productivité, car des personnes en bonne santé sont plus performantes et peuvent mettre de l’argent de côté pour des investissements
    - Préservent l’environnement, car l'eau souillée n'infiltre pas le sol.
    Investir dans l’approvisionnement en eau et les installations sanitaires est donc gagnant. Selon une étude de la Confédraétion, chaque franc investi dans l'eau et l'assainissment communautaire génère une valeur économique de 3 à 5 francs.
  • De nombreux villages et quartiers bénéficient du soutien d’Helvetas pour installer et entretenir les approvisionnements en eau. Parallèlement, des installations sanitaires sont construites et les personnes qui en bénéficient sont sensibilisées à un lien correct avec l'eau potable et les latrines (transport et stockage assurés de l'eau, habitudes en matière d'hygiène, entretien des latrines).

    Lors de la planification, il s’agit de choisir le procédé le moins coûteux possible et de faire profiter toutes les personnes concernées des avantages de l'installation. Les utilisatrices et utilisateurs s’engagent à contribuer au projet, la plupart du temps sous forme de travail d’utilité publique ou l'apport de matériel de construction (gravier, bois, etc.). Le choix du système d'approvionnement en eau sera fait en fonction du climat et des conditions hydriques locales. Selon les cas, il s’agit de :
    - Collecter l’eau de pluie : durant la mousson, l'eau de pluie coulant des toits est collectée dans un réservoir pour être utilisée pendant la saison sèche.
    - Creuser un puits: quand des puits peuvent être creusés - parfois jusqu' à 80 mètres de profondeur - l'eau de la nappe phréatique est une ressource précieuse.
    - Capter des sources : l’eau d’une ou de plusieurs sources est captée, traitée au chlore si nécessaire et acheminée par des canalisations dans une partie du village ou dans les cours des maisons.
    - Tuer les bactéries : une bouteille en PET remplie d’eau souillée est exposée au soleil pendant six heures, temps pendant lequel les rayons UV tuent 99,9% des germes pathogènes. Pour introduire la méthode SODIS, Helvetas collabore étroitement avec l’Eawag, l’Institut de Recherche de l’Eau du Domaine des EPF.
    - Assurer le transport et le stockage: aussi quand les fontaines communautaires fournissent de l'eau propre, celle-ci est souvent contaminée à nouveau par les bidons ou les réservoirs. Pour cette raison, il est important que les personnes bénéficiaires disposent de récipents pouvant être fermés et pourvus d'un robinet, qui soient régulièrement désinfectés.
    - Habitudes d'hygiène: se laver les mains aux moments nécessaires (avant les repas, après le passage aux toilettes) est fondamental pour empêcher une nouvelle contamination. La formation à l'hygiène, en particulier pour les plus jeunes bénéficiaires, est présente dans tous les projets d'Helvetas pour l'eau.
    - Installations sanitaires: pour que les personnes bénéficiaires ne contaminent pas leur environnement direct avec des vecteurs potentiels de maladies, installer des toilettes en plus des approvisionnements en eau est central.

    L'intégration de tous les acteurs de la société fait partie des projets pour l'eau. Helvetas encourage ainsi les entreprises locales, par exemple en leur confiant le forage d’un puits ou la vente de pièces de rechange. Helvetas aide également les autorités régionales à assumer leur responsabilité de façon juste en ce qui concerne l’approvisionnement en eau. Finalement Helvetas s'implique dans la formation et l’organisation de la société civile: des comités villageois pour l'eau, choisis par voie démocratique, veillent à ce que le fonctionnement et l’entretien des nouvelles installations soient bien pris en charge par la population. Un aspect des projets pour l'eau est aussi d'informer, tant dans les écoles que dans le cadre de cours pour les adultes, sur la transmission des maladies et sur l'hygiène personnelle.