Restez à jour sur nos actions , des événements et des offres du Fairshop.

Lignes directrices de son action

Ses longues années d’expérience ont appris à Helvetas que l’expertise technique ne suffit pas. Pour que la coopération au développement porte ses fruits, il est indispensable de laisser le dialogue s’instaurer entre les cultures et de prendre en compte les besoins et les compétences des uns et des autres.
La coopération au développement est un défi. Elle évolue dans un contexte difficile et exige des personnes qui y sont engagées des compétences multiples. À côté des qualifications professionnelles et de l’expertise technique, les aptitudes sociales et la disposition à s’ouvrir à d’autres valeurs culturelles jouent également un rôle de premier plan.

Le travail de développement d’Helvetas est fondé sur le respect de chacun et sur le désir constant d’apprendre et de grandir grâce au dialogue interculturel. L’échange de savoirs et d’expériences au-delà des frontières culturelles et politiques est institutionnalisé depuis longtemps chez Helvetas, mais il a trouvé aujourd’hui une nouvelle dynamique grâce à Internet.

Il faut toutefois du temps pour que ce dialogue soit constructif et équitable. Helvetas est convaincue que le développement est un processus qui ne peut réussir qu’à condition de s’engager sur le long terme.

Après plus d’un demi-siècle de travail dans des pays en développement, Helvetas a acquis une précieuse et riche expérience, dont elle s’est inspirée pour fixer ses lignes directrices: proximité de la base, partenariat, aide à s’aider soi-même.
Ethiopie pont suspendu
  • Les projets d’Helvetas sont élaborés selon les besoins et les intérêts fondamentaux de la base, c’est-à-dire de la population locale, qui doit pouvoir déterminer elle-même le soutien dont elle a le plus besoin. La participation de la population à la planification et à la réalisation des projets est une priorité absolue pour Helvetas.
    Cette démarche participative exige que les personnes concernées s’investissent pour l’amélioration de leurs conditions de vie et se montrent prêtes à endosser des responsabilités et à fournir des prestations personnelles, sous forme de contribution matérielle ou de travail bénévole. Pour que les projets puissent avoir des effets aussi durables et étendus que possible, Helvetas veille à ce que les activités de la base puissent être rattachées aux démarches de développement entreprises par d’autres organisations, gouvernementales ou non, ainsi qu’aux évolutions positives en cours au niveau régional ou national.
  • Pour réussir un travail de coopération au développement, il faut des partenaires locaux bien établis, qui soient en mesure d’établir des passerelles entre les organisations étrangères et les besoins sur le terrain. C’est pourquoi Helvetas collabore avec des partenaires locaux dans tous ses projets, que ce soit des ONG locales, des autorités ou des acteurs du secteur privé.
    La collaboration avec les partenaires locaux repose sur la confiance mutuelle et le respect de leur autonomie. Helvetas applique le principe de la transparence dans les échanges d’informations et procède à une mise au point commune et détaillée des objectifs visés et de la répartition des responsabilités. Elle veille à éviter toute situation de dépendance, car les partenaires doivent être capables de travailler de manière autonome après le retrait de la coopération. Helvetas exige une prestation adéquate de ses partenaires et leur offre en retour un soutien pour la formation (continue) de leurs collaboratrices et collaborateurs.
  • La contribution d’Helvetas consiste à «aider à s’aider soi-même»; elle ne cherche pas à faire des bénéficiaires des assistés dépendants, mais au contraire des actrices et acteurs de ses projets. Helvetas s’efforce, dans la mesure du possible, de se rattacher aux mouvements et processus existants et de soutenir les organisations locales. Ou d’influencer les conditions cadres pour que des groupements et des organisations puissent éclore et exister.
    Mener une coopération au développement proche de la base et offrant de «l’aide à s’aider soi-même» signifie qu’il faut savoir reconnaître et renforcer l’autonomie des partenaires – que ce soit la population locale, les organisations partenaires ou les autorités. L’objectif de tout projet de développement doit être de permettre aux personnes, aux organisations et aux collectivités publiques de vivre, respectivement de fonctionner, sans aide extérieure et de la manière qu’elles ont librement choisie.
    L’expérience montre que cela ne se fait pas en une nuit. Bien au contraire : il faut du temps, de l’énergie et de la volonté pour y parvenir. C’est pourquoi Helvetas préconise un engagement à long terme dans ses projets et programmes nationaux, en ne perdant néanmoins jamais de vue son objectif ultime, l’autonomie.