Restez à jour sur nos actions , des événements et des offres du Fairshop.

Mozambique

Helvetas est active essentiellement dans les provinces du nord du Mozambique (Nampula et Cabo Delgado). Ses projets portent sur l’eau potable, l’agriculture et la formation, et ne permettent pas seulement d’améliorer le niveau de vie de la population, mais aussi d'encourager sa participation active.

Pour les besoins de base et la participation

Grâce à la construction de puits et de latrines, Helvetas a permis à plus d’un million de Mozambicains d’avoir accès à l’eau potable au cours des 30 dernières années. Elle travaille en étroite collaboration avec les collectivités villageoises et les autorités afin de garantir la durabilité des infrastructures. Elle favorise par exemple la mise sur pied de comités locaux, responsables de l’entretien des installations.

La sécurité alimentaire représente une autre priorité. Helvetas met en place des organisations paysannes et les soutient pour l’amélioration de leurs semences, pour une irrigation efficace et économique et pour un bon stockage des récoltes réduisant les pertes. Grâce à un meilleur rendement, les petits paysans peuvent vendre une partie de leur récolte. Pour la transformation et la commercialisation de leurs produits, ils sont aussi soutenus.

Dans le domaine de la formation, Helvetas s'engage pour les droits des femmes. Cela pour permettre aux femmes aussi de pouvoir jouer un rôle dans la vie publique, par exemple en devenant membres d’un comité de l'eau.

À travers divers petits projets, Helvetas encourage la prise de conscience politique et la participation de la population civile. En font partie des programmes de radio, des débats publics ou des formes d’expression artistique comme le théâtre et la musique.

Helvetas s'engage pour une plus grande transparence dans les finances publiques et dans le dialogue politique et, avec des associations de la société civile, soutient la divulgation du budget de l'État et de la gestion de la crise de la dette.  

L'essor économique ne profite pas à tous

La croissance du Mozambique est supérieure à la moyenne depuis quelques années. Mais ce sont les régions centrales qui en profitent le plus. Le reste du pays reste frappé par la pauvreté. La sous-alimentation et le manque d’eau potable font partie du quotidien de nombreuses personnes.

Le Mozambique a une histoire mouvementée et sanglante: après 500 ans de domination portugaise, l’ancienne colonie a proclamé son indépendance en 1975. Seize années de guerre civile ont suivi, qui ont coûté la vie à un million de personnes.

La réussite du processus de paix et de transition démocratique dans les années 1990 a enfin permis l’essor économique du pays, dont l’industrie minière représente un secteur important. Mais la bauxite (aluminium) et les autres minerais sont exploités par des entreprises étrangères. Les normes environnementales internationales et les droits humains sont souvent ignorés. De plus, les bénéfices échappent aux impôts locaux, et la majorité de la population reste pauvre. (Plus d'informations sur les entreprises suisses et leurs responsabilités à l'étranger)

Plus de la moitié de la population rurale n’a pas accès à l’eau potable. Et beaucoup de petits paysans souffrent de la faim et de sous-alimentation, car leurs rendements agricoles sont insuffisants. Par ailleurs des conflits surgissent, car l’État attribue des terres fertiles à des investisseurs étrangers pour y  produire des denrées alimentaires ou des agrocarburants destinés à l’exportation. Un autre problème majeur est le mauvais accès aux soins, responsable du taux élevé de mortalité et, pour couronner le tout, la forte prévalence du SIDA.

En revanche, des progrès ont été accomplis dans le domaine de l’éducation. La part d’élèves qui terminent l’école primaire a augmenté notablement ces dernières années. Et le taux d’illettrisme est passé de 95% en 1975 à moins de 50% aujourd’hui.

Exemples de projets au Mozambique

Puits fiables contre la pénurie d’eau au Mozambique

Au Mozambique, l’approvisionnement précaire en eau pénalise surtout les femmes, qui sont traditionnellement responsables d’aller chercher de l’eau, mais aussi les enfants, car ils sont sujets aux maladies provoquées par une eau ...
Suite
image description
  • Niveau de pauvreté

    69 % de la population vit avec moins de $1.90 par jour
  • Indice de développement humain par pays (ONU)

    181. rang 188
Source: rapport 2016 du PNUD sur le développement humain
  • Thèmes

    • Sécurité alimentaire
    • Eau, assainissement & hygiène
    • Démocratie et paix