Restez à jour sur nos actions , des événements et des offres du Fairshop.

Les paysannes béninoises défient le marché mondial avec leurs ananas

Les Béninois disent que leurs ananas sont les plus sucrés de toute l’Afrique. Mais les petits producteurs sont confrontés aux dures conditions du marché mondial. Helvetas leur fournit une alternative avec son programme bio et commerce équitable, et avec le conditionnement local des fruits.
Dans le sud du Bénin, tout semble pousser en abondance. Pour les cultivateurs d’ananas, gagner un revenu suffisant grâce à leurs cultures n’est pourtant pas évident, car l’écosystème subtropical est très fragile et le prix de l’ananas frais sur le marché mondial fluctue fortement selon les saisons. De plus, les exigences des négociants sur la quantité, la forme et de la taille des fruits font qu’il est pratiquement impossible pour les petits producteurs de vendre leur récolte avec un bénéfice.

La conversion à l’agriculture biologique offre une alternative. Helvetas forme les paysannes et les paysans et les aide à commercialiser leurs fruits à des prix corrects. Elle soutient aussi la production locale d’ananas séchés et de jus concentré, qui créent une valeur ajoutée et des places de travail, particulièrement pour les femmes. Cette activité a pour autre effet d’éviter de submerger les marchés de fruits frais au moment de la récolte et de faire dégringoler les prix. Helvetas aide les productrices et les producteurs à construire des partenariats à long terme avec des acheteurs en Suisse.

Un sujet brûlant au Bénin est l’introduction possible de semences génétiquement modifiées. Un moratoire anti-OGM est en vigueur jusqu’en 2013, mais il subit de fortes pressions. C’est pourquoi Helvetas renforce et forme les organisations locales qui se préoccupent de cette question et qui s’engagent pour un droit territorial en mesure de garantir la survie des petites entreprises, plus particulièrement les droits de propriété des femmes. Ce point est important au vu de l’intérêt croissant d’investisseurs étrangers pour les terres fertiles, une menace sérieuse pour les petits paysans.
Dieudonné Alladjodso
image description Quand mes champs n’étaient pas encore bio, les maladies des ananas me posaient beaucoup de problèmes. Aujourd’hui mes champs sont sains et ma rentabilité est supérieure de moitié à ce que j’avais avant. image description Dieudonné Alladjodso, jeune paysan béninois et président d’une coopérative paysanne.
Votre aide est importante

SOUTENIR LES BÉNÉFICIAIRES DE NOS PROJETS

Par exemple, pour permettre aux familles d’avoir un accès à l’eau potable; aux enfants et aux jeunes d’aller à l’école; ou pour que les récoltes donnent un meilleur rendement grâce à des méthodes de culture durable.

Impact du projet

165 paysans se sont fait conseiller et former en agriculture biologique en 2016.  157 producteurs ont amélioré leurs revenus grâce à un soutien reçu pour mieux vendre leurs produits en 2016.