Restez à jour sur nos actions , des événements et des offres du Fairshop.

Un travail grâce à la formation professionnelle au Népal

Beaucoup de jeunes Népalais n’ont pas de formation professionnelle et ne trouvent pas de travail. Grâce à une brève formation axée sur la pratique et à un soutien pour monter leur propre affaire, ils prennent pied dans le monde du travail.
Chaque année, environ un demi-million de jeunes Népalais arrivent sur le marché du travail. La plupart d’entre eux n’ont guère de qualifications professionnelles, essentielles pour décrocher un emploi ou pour se lancer de façon autonome. C’est pourquoi, avec le soutien de la DDC et le DFID, Helvetas s'engage depuis 2009 pour mettre sur pied des formations professionnelles brèves et orientées vers la pratique. La pratique joue un rôle central: déjà lors des premiers jours de leur formation, les apprentis coiffeurs lavent les cheveux et coupent les pointes, les apprenties brodeuses s’exercent à pratiquer différents points et les futures électriciennes exécutent des câblages simples. La formation comprend aussi des thèmes juridiques ou médicaux, comme l'éducation morale et le VIH/SIDA.

Au lieu de se tenir dans des grands centres de formation, les cours sont mobiles et peuvent avoir lieu dans une salle communautaire ou dans une usine, selon les possibilités d’emploi existantes dans chaque région. Les débouchés dans les divers domaines professionnels sont évalués localement en permanence, et l’offre de formation est réadaptée en fonction des besoins. Le programme est avant tout destiné aux personnes les plus défavorisées et aux femmes. Chaque année, entre 15 000 et 20 000 personnes reçoivent une formation. Plus de 80% des jeunes qualifiés trouvent un emploi au cours des mois qui suivent leur formation ou réussissent à devenir indépendants. Outre l’orientation pratique de la formation, l’autre garantie de succès intégrée au projet est un accompagnement tout au long de la recherche d’emploi ou du chemin vers l’indépendance, et les responsables de formation locaux mandatés par Helvetas ne reçoivent leur rémunération qu’au moment où les jeunes ont effectivement réussi à prendre pied dans le monde du travail.
Anjali Tamang
image description J’ai appris à conduire et à réparer une voiture (électrique) grâce à une formation donnée par Helvetas. Maintenant, je gagne 12 000 à 15 000 roupies par mois (environ 150 CHF). Dans deux ans, je voudrais prendre un microcrédit pour pouvoir acheter mon propre véhicule et gagner plus. image description Anjali Tamang fait partie de la caste
des Intouchables (Dalit).
Votre aide est importante

SOUTENIR LES BÉNÉFICIAIRES DE NOS PROJETS

Par exemple, pour permettre aux familles d’avoir un accès à l’eau potable; aux enfants et aux jeunes d’aller à l’école; ou pour que les récoltes donnent un meilleur rendement grâce à des méthodes de culture durable.

IMPACT DU PROJET

100'000 jeunes femmes et hommes ont terminé leur formation professionnelle entre 2008 et 2015.