Restez à jour sur nos actions , des événements et des offres du Fairshop.

Des latrines symboles de statut social au Népal

Dans l’ouest du Népal, les habitants de Ghanteshwor sont fiers de leur village car, presque aussi nombreuses que les maisons, ils disposent de latrines. Les habitants retrouvent ainsi leur dignité et leur santé, et les constructeurs locaux de latrines ont un revenu assuré.
Les conditions sanitaires sont précaires dans les régions rurales népalaises. À peine 20% des ménages disposent de latrines et moins de la moitié ont accès à l’eau potable. Chaque année, près de 13 000 enfants de moins de cinq ans meurent de maladies gastro-intestinales provoquées par de l’eau insalubre et le manque d’hygiène. Afin que l'exemple du village Ghanteshwor se multiplie, Helvetas épaule les autorités communales, forme des techniciens locaux et sensibilise les villageois à l’importance de l’hygiène.

Concrètement, cela se passe ainsi: la première étape consiste à établir un plan d’utilisation de l’eau pour toute la commune, d’entente avec les autorités locales et les habitants. Comme pour chaque projet lié à l’eau, les questions d’eau potable et d’infrastructures sanitaires de base sont traitées de front. Puis Helvetas soutient et conseille la communauté villageoise pour la planification détaillée et la réalisation du projet. Un comité d’utilisateurs, qui sera ensuite responsable du fonctionnement et de l’entretien des structures, s’assure de la collaboration de la population. Le village choisit quelques personnes douées manuellement, qui reçoivent une formation en construction de latrines. Il veille à tenir compte des groupes sociaux défavorisés et à choisir des personnes bien intégrées dans le village.

À titre d’encouragement, les villages comptant un minimum de 50% de ménages disposant de latrines peuvent postuler pour d’autres mini-projets, qui concernent l’irrigation des cultures, l’approvisionnement en eau potable ou la protection des sources. Le succès est manifestement au rendez-vous: à Ghanteshwor, tout comme dans d’autres villages, les latrines sont à présent un symbole de statut social.
Meena Bishwokarma
image description Depuis longtemps je voulais une latrine. Devoir faire ses besoins en plein air n’est pas une bonne chose. C’est dangereux à cause des serpents et, en tant que femme, j’ai peur quand je suis à moitié nue dehors. image description Meena Bishwokarma de Ganteshwor, 28 ans, mère de 3 enfants
Votre aide est importante

SOUTENIR LES BÉNÉFICIAIRES DE NOS PROJETS

Par exemple, pour permettre aux familles d’avoir un accès à l’eau potable; aux enfants et aux jeunes d’aller à l’école; ou pour que les récoltes donnent un meilleur rendement grâce à des méthodes de culture durable.

IMPACT DU PROJET

10'266 personnes ont pu accéder à l’eau potable en 2016.  3'849 personnes ont nouvellement pu accéder à une installation sanitaire en 2016.